•  Télécharger la thèse

    Résumé

    Pour construire la ville durable, systèmes de représentations et usages demandent à être revus dans notre société moderne. Revenir sur cet ordre symbolique et pratique, c'est revenir sur notre rapport à la Nature, à l'Autre, à nous-mêmes, et à notre Idéal. En ce sens, la place faite à la science et à la technique est nécessairement à interroger, et avec elle, celle de la productivité et d'une vision libérale de la vie en société. Le développement des sciences et des techniques a effectivement généré une productivité dévastatrice au niveau écologique, et l'idéologie libérale empêche le politique de corriger les erreurs commises sur le plan humain comme sur le plan de la biosphère. Une philosophie de la décroissance favorisant les valeurs de bien-être aux dépens des valeurs productivistes et libéralistes, une philosophie faisant triompher l'ontologique devant la logique et l'instrumentalisme, pourrait modifier les attitudes mercantiles, et permettre à notre société de prendre le virage qu'il lui faut prendre. Cette révolution en termes de valeurs n'est pas sans risque sur le plan des idéologies, ni sans modifier par ailleurs nos identités en profondeur. Pour accompagner le phénomène de résilience sur le plan social, un travail intérieur, c'est-à-dire en chacun de nous, doit être engagé.

    Directeur de thèse : Thierry Paquot / Laboratoire de rattachement : GERPHAU

     

     






    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires